En 2009, vous n’aviez sûrement jamais entendu parlé du SEO. La discipline d’alors était tellement simple… Découvrez un article, statistiques de 10 ans à l’appui, sur ce qu’il était possible de faire.

Lire la suite

Et si le monde du référencement naturel était sur le point de vivre une petite révolution ? Et si nous nous dirigions tout droit vers la fin du SEO ?

Lire la suite

Le baromètre des tarifs de la rédaction web est sorti le 1er mars 2019. Réalisé chaque année par FranceCopywriter, l’édition 2019 s’est toutefois appuyée sur Stéphane Bourhis de l’agence Red-act.

Lire la suite

Nous l’avons vu dernièrement : faire un audit rédaction web revient à étudier le contenu de votre site.
A ce titre, le but est de diagnostiquer ses forces et ses faiblesses pour présenter des solutions adaptées.

Lire la suite

Voici mon dernier article de présentation sur le SEO.
Nous allons aborder ici la fraîcheur de votre contenu. Une donnée que nous avons évoquée plusieurs fois dans cette série de contenu SEO, sans rentrer dans les détails.

Lire la suite

Parfois, un site web ne réagit pas de la manière attendue.
Problèmes de trafic non qualifié, trafic faible : demandez la réalisation d’un audit rédaction web.

Lire la suite

Dans mon précédent article, j’ai évoqué en détails les liens et le maillage interne. Qu’en est-il des liens externes ? On tente de répondre à cette question pour continuer à apprendre le SEO.

Lire la suite

Voici quelques semaines, j’avais rédigé un article dont le but était d’expliquer ce qu’est un rédacteur web.

La mise au point étant désormais faite, j’ai décidé de vous expliquer comment bien choisir un rédacteur web.
Cet article a pour but de vous proposer une méthodologie très simple dont le but sera de bien choisir votre rédacteur web. Je vais ainsi vous proposer une série de conseils qui vous permettront de faire le bon choix à tous les coups !

Comment choisir un rédacteur web ? Florent Durand, rédacteur à Lyon, vous explique tout

Définissez clairement votre besoin en rédaction

Hé oui ! Avant de choisir un rédacteur web, vous allez devoir passer par l’étape de l’introspection. Définissez les contours de votre besoin puis affinez-les petit à petit.

Cette phase de définition de votre besoin doit être la plus poussée possible :

  • de quels types d’articles avez-vous besoin ? (articles, brève, conseils, fiches-produit, études de cas, etc)
  • quel sera le ton de l’article ? (pédagogique, commercial, informatif, etc.)
  • souhaitez-vous que les articles démontrent votre expertise totale ?
  • quelle est votre thématique principale ?

En autres termes, je vous conseille vivement d’être aussi précis dans la définition de votre besoin. Cela vous permettra de faire le bon choix pour votre rédacteur web.

Choisir un rédacteur web : est-il bon en référencement ?

Voici un critère sur lequel vous attarder : le rédacteur web que vous choisirez devra vous montrer qu’il est bon en référencement, qu’il en connaît les règles.
Idéalement, un rédacteur web devra vous montrer son propre site web, pour vérifier ses capacités en optimisation SEO. Cela vous aidera à faire le bon choix.

Sur quels mots-clés est-il positionné ? Quels sont ses sujets de prédilection ? Comment pouvez-vous le trouver sur le web ? De quelle manière sait-il se positionner par rapport à sa propre concurrence ?

Ces éléments sont essentiels si vous souhaitez vous positionnez sur la recherche naturelle. Attention toutefois : l’ancienneté du site du rédacteur doit être suffisante (plusieurs mois) pour permettre d’afficher des résultats pertinents. Un site de quelques semaines ne dénotera pas son expertise.

Choisir un rédacteur web : faîtes un test (et payez-le !)

Vous hésitez encore entre plusieurs rédacteurs web ? Vous allez pouvoir passer à la phase de test.

Donnez des consignes claires et précises au rédacteur. Fournissez-lui un sujet et regardez de quelle manière il s’en sort.
Attention ! Donnez-lui un sujet générique dans votre thématique ! A ce stade, le rédacteur web ne connaît pas votre entreprise. Il aura du mal à retranscrire l’identité et la culture de votre entreprise !

Je vous conseille vivement de rémunérer ce test. En effet, de trop nombreuses entreprises utilisent ces fameux tests pour avoir du contenu gratuit, en s’appuyant sur le principe de mise en concurrence.

Choisir un rédacteur web : le professionnalisme

N’oubliez pas que l’activité de rédacteur web est un véritable métier. Ce métier, sous-estimé, est la somme d’une multitude de savoir-faire complexes. Ces savoir-faire peuvent vous permettre de propulser votre activité parmi les premiers résultats des moteurs de recherche.

Un bon rédacteur web saura analyser votre besoin, s’y adapter. S’il vous interroge sur des sujets pointus, vous pouvez d’ores-et-déjà être assurés de son sérieux. Mais vous reconnaîtrez les meilleurs rédacteurs web par la force de leurs propositions. En tant que professionnel de la rédaction sur internet, il connaîtra des techniques dont vous ne soupçonniez rien.

Quels sont les critères que vous retiendrez pour choisir un rédacteur web ? Laissez-moi toutes vos idées en commentaires !

Vous approchez du but ! Plus que trois articles et vous connaîtrez l’intégralité des bases du SEO ! Ici, nous parlerons ensemble des liens internes et de l’importance du texte d’ancrage à travers le maillage interne.


Dans la construction de votre stratégie SEO, il est essentiel de développer une stratégie de maillage interne. Rien de compliqué, une fois plus ! Le principe est même plutôt très simple.

Voyons tout ceci ensemble.

Quelle méthodologie pour le maillage interne ?

La première étape est de définir une page P1 que vous souhaitez propulser parmi les premiers résultats des moteurs de recherche. Son contenu a été construit de manière à respecter l’intégralité de nos recommandations.

Vous avez défini un mot-clé, une requête utilisateur, et vous avez choisi de vous adresser à une cible en particulier. Vous avez tout respecté. Votre page P1, sur votre site A1, a toutes les raisons de bénéficier d’une stratégie de maillage interne.

Cours de SEO gratuit pour débutant : le maillage interne avec Florent Durand, rédacteur web à Lyon

Vous allez construire plusieurs pages (pages P2 à P5 par exemple) sur votre domaine principal (le site A1), et plusieurs autres pages (pages P6 à P9) sur un sous-domaine (site A2). Toujours en respectant ces recommandations. Néanmoins, vous n’allez pas traiter directement du mot-clé évoqué sur la page P1.

Maillage interne : la programmation

Je vous déconseille de publier toutes ces pages d’un coup. Je vous invite plutôt à programmer leur publication.
Vous aurez 8 pages web programmées.

Vous allez publier une nouvelle page tous les 3 jours. A ce rythme, vous allez pouvoir tenir quasiment un mois.

  • Jour  1 : la page P2 du site A1 fait un lien vers la page P1 du site A1. La page P1 est donc valorisée dans les SERPs.
  • Jour 4 : la page P6 du site A2 fait également un lien vers la page P1 du site A1. La page P1 est donc valorisée dans les SERPS.
  • Jour 7 : la page P3 du site A1 fait un lien vers la page P1 du site A1. La page P1 est de nouveau valorisée dans les SEPRS. Et ainsi de suite.

D’un point de vue méthodologique : construisez un tableau avec un outil de mindmapping pour vous y retrouver.

D’un point de vue stratégique : il convient de définir une stratégie de maillage interne afin de permettre une meilleure expérience utilisateurs et de booster le référencement du site.

Le maillage interne : pour accéder à des pages profondes

Avoir la main sur cette stratégie permet de maîtriser les canaux de transformation (achat, landing page, transfo, etc.). Mais surtout, avoir la main sur cette stratégie permet aux robots d’accéder à des pages profondes (situées à plus de 3 clics de la page d’accueil) et de valoriser l’intégralité de votre site web.

Maillage interne : travailler le texte d’ancrage

Le texte d’ancrage est essentiel dans votre stratégie de netlinking interne et/ou externe. Il s’agit du texte sur lequel l’utilisateur cliquera pour accéder à la page vers laquelle vous souhaitez l’envoyer.

  • Il n’est absolument pas pertinent de positionner un lien sur un « cliquez ici”.
  • A contrario, il est pertinent de positionner un lien sur une expression-clé pour expliquer le texte d’ancrage.
  • Définissez un seul et unique texte d’ancrage pour tous les liens internes vers la page P1 afin de permettre aux moteurs de recherche de valoriser le mot-clé choisi comme ancrage.

Pour ceux qui s’y connaîtraient en SEO, nous évoquons ici le maillage interne sans jamais évoquer la notion de cocon sémantique. Cette approche, très technique, ne me semblait pas des plus adaptées pour des débutants en SEO.
Nous évoquerons très rapidement le cocon sémantique avec un article très complet, et ferons un lien direct avec le maillage interne, pour ceux qui sont intéressés par le sujet.

Nous sommes arrivés au terme de cet article. Le suivant traitera des liens externes. Un sujet qui s’intègre dans une stratégie de netlinking.

Ce nouvel article se penche sur les images : comment les optimiser ? C’est notre sujet du jour.


De la même manière que pour le contenu texte, il existe un ensemble de règles à respecter pour optimiser les images, qu’il s’agisse de photos, d’infographies, ou même de GIF. Il convient de traiter l’image comme un véritable levier marketing d’acquisition de trafic, au même titre que le contenu texte.

Cours de SEO : bien optimiser les images / Par Florent Durand, rédacteur web à Lyon

Annonce Google : l’importance des image

Le moteur de recherche Google a annoncé en septembre 2018 que les images prendront de plus en plus d’importance dans sa stratégie de développement.

  • Google donne une priorité aux pages web dont la place de l’image est centrale, voire proéminente.
  • Google prend en considération la raison d’être du site avant d’afficher une image sur les SERPs Images. En d’autres termes, le moteur de recherche interprète la totalité d’une page web avant de l’afficher parmi ses résultats de recherche image.
  • La page de diffusion de l’image doit être qualitative dans son intégralité (HTML et contenu texte).

6 conseils pour optimiser les images

  1. Renommez votre image avant de l’intégrer sur votre site web : le nom de l’image doit contenir des mots-clés.
  2. Utilisez la balise <alt> ( <alt>) pour texte alternatif. Cette balise permet aux utilisateurs disposant d’une mauvaise connexion de voir un texte bref avec mots-clés (10 mots maximum) plutôt qu’une icône d’image manquante. Cette balise est interprétée par les moteurs de recherche et permet d’améliorer l’accessibilité web.
  3. Utilisez la balise <title> avec mots-clés. Le but est de permettre une meilleure expérience utilisateurs. Le contenu de la balise <title> sur des images s’affiche au travers d’un texte de description lorsque balaie l’image avec sa souris.
  4. En termes de format, privilégiez le JPEG, à la rigueur le PNG. N’hésitez plus à intégrer des GIF.
  5. Vous pouvez intégrer plusieurs images sur une page web. Les images donnent une respiration aux lecteurs. Il faut néanmoins donner une certains cohérence dans la mise en page. Le but est de rendre la page la plus agréable possible –dans le cadre de l’user experience.
  6. Evitez les images trop lourdes sur le web. En effet, le temps d’affichage d’une image augmente avec son poids. Limitez le poids d’une image à 300 ko afin d’augmenter la vitesse d’affichage de la page web. En effet, la vitesse d’affichage est une donnée étudiée par les algorithmes pour trier les résultats des moteurs de recherche.

Ces données peuvent être valides dans certains cas pour l’optimisation des vidéos.

Optimiser les images : un exemple concret

Vous travaillez pour une entreprise de confection de silicone industriel. Votre photographe vous envoie une image d’illustration, très impactante.

Le photographe n’a pas renommé l’image, elle vous arrive en jpeg à une taille de 6 Mo. Le nom de l’image est DSC0875.jpg

  • Renommez l’image en « Confection silicone industriel – NOM_ENTREPRISE » ;
  • Redimensionnez l’image en diminuant sa largeur (pas plus de 1200 px de large) et passez sa résolution à 72 ppp ;
  • Insérez votre image sur votre serveur via votre CMS si vous en utilisez un, puis dans votre page web ;

Le code de votre image optimisée doit être de ce format (sans les points d’exclamation) :

<!--img src="https://www.silicone.com/wp-content/uploads/2018/11/confection-silicone-industriel-nomentreprise.jpg alt="La société NOMENTREPRISE est un industriel spécialisé dans la confection de silicone industriel" title=“NOMENTREPRISE confectionne du silicone destiné à un usage industriel dans ses ateliers de NOMDELAVILLE“ --!>

Vous noterez que le nom de l’image, ici, est optimisé de manière naturelle afin de permettre le meilleur référencement possible.
La balise <alt> est bien renseignée. Elle décrira le contenu de l’image si jamais elle ne peut s’afficher pour x raisons.
La balise <title> donne une information supplémentaire, souvent en accord avec le texte.

Vous l’avez vu, l’optimisation des images revêt un rôle très important qui peut donner un véritable coup de pouce au référencement de vos pages web.

Néanmoins, il existe encore quelques leviers essentiels, méconnus voire non appliqués car jugés chronophages, pour vous démarquer de vos concurrents.

Ca se passe dans le prochain cours.